logo OPP OPP Archipel Guadeloupe logo ligne OPP Archipel Guadeloupe Archipel Guadeloupe

OPP Archipel Guadeloupe Observatoire photographique des paysages de l’archipel Guadeloupe

OPP Archipel Guadeloupe
République Française

Veille photographique de la dynamique des paysages emblématiques, exceptionnels et quotidiens de l’archipel de la Guadeloupe

Le projet

« En Guadeloupe, les paysages sont d’une très grande qualité intrinsèque, mais leur évolution est rapide : ils appellent une intervention publique forte qui réconcilie les dynamiques locales actuelles avec la volonté de maintenir des espaces exceptionnels pour l’avenir ».
(extrait de l’Atlas des paysages de l’archipel Guadeloupe, 2013)

Le paysage est en mouvement, il évolue selon des dynamiques que l’on ne voit plus ou que l’on discerne mal avec le temps et dont la mémoire est imprécise. La photographie, en complément des outils d’analyse technique ou cartographique, participe aux repères qui permettent d’appréhender les changements opérés. En restituant la dimension perceptive et sensible des paysages, elle vient illustrer l’histoire des lieux dont la connaissance est nécessaire à la compréhension d’un territoire et à sa mise en prospective.

Les Observatoires Photographiques des Paysages (OPP) ainsi que les atlas des paysages contribuent à répondre, en France, aux objectifs de la convention européenne des paysages de façon complémentaire. Cette convention ratifiée en 2006 conduit les États signataires à identifier leurs paysages, analyser leurs caractéristiques ainsi que les pressions qui les modifient et à en suivre les transformations. On compte près de 20 OPP nationaux et plus de 60 OPP locaux, dont ceux de la Martinique, de la Réunion ou de la Guyane.

La méthodologie de l’OPP, élaborée dans les années 80 au sein du ministère de l’environnement, poursuit l’objectif de constituer un fonds de séries photographiques qui permettent d’analyser les mécanismes et facteurs de transformation des espaces. S’appuyant sur ce modèle, l’observatoire de l’archipel de la Guadeloupe a été lancé en 2015 dans un cadre partenarial par la Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DEAL). Ce projet, à la double dimension documentaire et artistique, a été animé à chacune de ses étapes par la volonté de construire un dialogue entre le photographe recruté pour cette mission et les différents acteurs du paysage et de l’aménagement du territoire réunis au sein d’un comité de pilotage.

Le principe de l’observatoire repose sur une veille photographique, par la reconduction de prises de vue à l’identique et à intervalles réguliers selon un protocole rigoureux. La comparaison diachronique des clichés produits au sein des séries constituées participe ainsi à l’évaluation de l’impact des évolutions naturelles, des activités humaines et des politiques publiques sur les paysages. À ce titre, et par son aptitude à convoquer une certaine lecture de la trajectoire empruntée par les paysages, l’observatoire constitue à la fois un outil de sensibilisation, de compréhension et d’aide à la décision pour les acteurs publics et la population.

La sélection des points de vue initiaux de l’observatoire de la Guadeloupe a été réalisée sur la base de campagnes photographiques menées en juillet 2016 et mars 2017. Cet état des lieux livre un aperçu contemporain de la diversité des paysages qui constituent le cadre de vie des îles de l’archipel, qu’ils soient emblématiques, exceptionnels ou quotidiens. L’itinéraire de l’observatoire se déploie ainsi sur l’ensemble du territoire dans le cadre d’une recherche de représentativité et d’équilibre en termes de répartition géographique, de typologie d’espaces et d’enjeux appréhendés. Cet échantillon paysager est constitué de 115 points de vue, dont 10 réalisés depuis la mer, 8 reconduits d’après une photographie ancienne et 5 liés à une prise de son.

Ce projet est amené à perdurer dans le temps, et sa valeur à augmenter au fur et à mesure des séries chronophotographiques qui seront enrichies à l’occasion des reconductions engagées, qui viendront compléter celles réalisées en octobre 2017 sur les points de vue les plus impactés par les dégâts liés au passage du cyclone Maria et en juillet 2018 correspondant à la première reconduction de l’ensemble des points de vue.

Support de médiation, la diffusion des éléments de l’observatoire est assurée par ce site Internet créé en 2018. Sa conception vise à faciliter la comparaison des photographies d’une série et leur sélection par localisation géographique, typologie spatiale ou thématique, ainsi qu’à livrer les analyses proposées pour mesurer l’évolution des points de vue. Dans le prolongement de cette mise en ligne, d’autres formes de valorisation restent à expérimenter, à l’occasion d’expositions fixes ou itinérantes, de démarches participatives et sensibles qui inviteront par l’action à regarder, à décrire et à se projeter collectivement dans les paysages observés.