logo OPP OPP Archipel Guadeloupe logo ligne OPP Archipel Guadeloupe Archipel Guadeloupe

OPP Archipel Guadeloupe Observatoire photographique des paysages de l’archipel Guadeloupe

OPP Archipel Guadeloupe
République Française

Veille photographique de la dynamique des paysages emblématiques, exceptionnels et quotidiens de l’archipel de la Guadeloupe

Basse-Terre, Bas du Bourg, Rue Denis Michaux (97100)

Point de vue historique

Mots clés

Unité paysagère

Plan incliné de la Basse-Terre

Typologies spatiales

Reliefs et massifs forestiers, Espaces urbains, Espaces littoraux

Thématiques

Reconquête et dévitalisation des centres-bourgs, Sites emblématiques et remarquables, Infrastructures maritimes, Équipements et espaces publics

Analyse paysagère


Une ville-port

L'évolution de Basse-Terre, capitale administrative de la Guadeloupe depuis les premiers temps de la colonisation, est bien représentée par ces cinq photographies prises depuis le quartier de Bas-du-Bourg.

Elles marquent la permanence d'une implantation ancienne des constructions sur une bordure étroite longeant la rade foraine de Basse-Terre et son activité tournée vers la mer. Le développement de ses équipements portuaires s'illustre dans le fait que le fragile appontement en bois qui perdure jusqu'aux années 1960 a fait place à une vaste plate-forme destinée au fret de marchandises et à une gare maritime destinée à l'accueil des bateaux de croisière et aux liaisons vers les autres îles de l'archipel. L'évolution de l'habitat urbain a éliminé la quasi-totalité des maisons en bois qui bordaient la rue et l'urbanisation s'est poursuivie en contre-haut du village-rue du Bas-du-Bourg.

Le bourg ancien de Saint-François et le quartier du Carmel se devinent au bout de la perspective de la rue du père Labat tandis que le paysage se referme sur les courbes et les pentes feuillues du Houëlmont et des Monts Caraïbes. Le contraste est fort entre cet arrière-plan naturel et l'avant-plan anthropique, envahi par les voitures et les réseaux électriques, qui laisse peu deviner les richesses du patrimoine historique et architectural de la ville.

Séverine LABORIE,
Conservatrice du patrimoine
mai 2019



L’entrée de Basse-Terre depuis la Côte sous-le-vent

La vue ancienne montre l’entrée Ouest de la ville. On remarque une cohérence urbaine avec un bâti implanté à l’alignement, des constructions majoritairement en rez-de-chaussée et avec le faîtage de toiture parallèle à la route. L’emprise de la voie sert tout à la fois aux véhicules et aux piétons. Les constructions sont très peu en retrait de la voie, mais la circulation automobile n’est pas alors une réelle nuisance.

Dans les années 1960, une bonne part des constructions du début de siècle étaient toujours présentes. On note, malgré tout, l’édification de grandes bâtisses en R+2 perpendiculaires à la route plus on se rapproche de la ville. Elles utilisent l’emprise totale disponible entre la route et le trait de côte.

Cette même entrée aujourd’hui (juillet 2018) est caractérisée par l’omniprésence des automobiles, qui stationnement longitudinalement de part et d’autre de la voie, rendant cette dernière étroite et peu confortable pour les usagers puisque son emprise n’a pas été élargie.
Globalement, le bâti a de nouveau évolué depuis les années 1960, certaines constructions du début de siècle ont été rasées tout comme des constructions faites autour des années 50/60. La ville se reconstruit sur elle-même, lentement au gré des propriétaires et des moyens. Quelques cases présentes sur la première photo sont toujours là. Cette entrée dans la cité préfectorale demeure peu qualitative.

A contrario, la plus grande évolution se situe sur la mer avec l’emprise du port qui est restée identique sur la première moitié du 20e siècle, mais qui a considérablement augmenté sur la seconde moitié, avec la construction de nouveaux quais et le recours systématique au béton.

Jean Christophe ROBIN,
urbaniste
avril 2020

Localisation